Centre d’Etudes de Politiques
pour le Développement (CEPOD)

Historique du CEPOD

Le Gouvernement du Sénégal, appuyé par l’ACBF, a mis en place, en 1995, l’Unité de Politique économique (UPE) afin qu’elle constitue un cadre de prise en charge effective et efficace des besoins de formulation et d’évaluation des politiques économiques mises en œuvre. L’UPE avait aussi mission de susciter une adhésion de l’administration publique et des populations aux programmes et stratégies de développement mis en application. 

L’Unité de Politique économique a été ainsi été conçue comme traduisant la rencontre d’un besoin et d’une offre en vue d’un renforcement des capacités d’analyse et de formulation de politiques et de grandes orientations économiques au service d’un dialogue suivi au sein de l’administration ainsi qu’entre l’administration, les bailleurs de fonds et les représentants des populations (secteur privé notamment).

Dès sa création, l’UPE, sous la direction de Monsieur Mame Cor SENE, a immédiatement démontré sa raison d’être aux autorités et aux décideurs publics et privés comme aux partenaires au développement en prenant en charge, dans le cadre de la préparation de la troisième réunion du Groupe consultatif des bailleurs de fonds pour le Sénégal, la définition d’une stratégie globale articulée autour de la promotion de la compétitivité et du développement durable, et l’évaluation de l’impact de la dévaluation sur le secteur productif.

L’UPE a ensuite, en 1996, eu à préparer, pour le compte du Ministre de l’Economie et des Finances, une réunion des bailleurs de fonds des projets d’appui au secteur privé, a contribué à la finalisation du document portant IXème Plan de Développement économique et social. En 1997, sur la demande de la banque mondiale, elle a eu à conduire des opérations très lourdes telles que la revue des dépenses publiques qui lui ont permis d’identifier des axes pertinents de restructuration de l’appareil de production en vue d’une croissance économique plus forte et aux fruits mieux répartis. Dans la même veine, en 1998, l’UPE a engagé, dans le cadre des travaux préparatoire à la mise en place des budgets par objectifs, la revue des dépenses publiques des secteurs de l’éducation, de la santé et de la justice. Dans le cadre de la préparation de la quatrième réunion du Groupe consultatif des bailleurs de fonds pour le Sénégal, elle a contribué à la mise à jour des options de la stratégie de développement autour des objectifs de croissance et de développement durables.

En 1999, l’UPE a représenté le Ministère de l’Economie et des Finances dans le groupe de travail chargé de proposer à l’Etat et au secteur privé un projet de document présentant la stratégie de développement du secteur privé qu’il conviendrait de mettre en œuvre. La stratégie proposée a fait l’objet d’une validation nationale en avril 1999 lors d’un séminaire présidé par le Chef de l’Etat. Cette même année 1999, l’UPE a été sollicitée pour la réalisation d’une étude sur les conditions préalables à satisfaire pour faire du Sénégal un pays émergent ; elle a aussi coordonné l’élaboration de la lettre de politique de développement rural décentralisé encore en application.

Durant les année 2000-2003, l’UPE, sous la houlette de Monsieur Aliou FAYE, a eu à finaliser l’établissement d’une matrice de comptabilité sociale et des budgets par objectifs du secteur de l’éducation pour les années 2001 et 2002 et à initier des travaux relatifs à la mise en place d’un observatoire de la compétitivité de l’économie, à procéder à l’actualisation de la stratégie de développement du secteur privé, et à mener une réflexion en vue d’une réforme progressive du système de pensions de retraites, laquelle réforme a été adoptée en 2002. L’UPE a aussi participé aux travaux sur le Plan OMEGA ainsi que le NEPAD et amorcé la mise en œuvre de cours de formation sur la régulation économique et la supervision de l’exercice de notation souveraine du Sénégal. Elle a aussi contribué au pilotage de l’élaboration du premier document de stratégie de réduction de la pauvreté prévu par l’Initiative d’allégement de la dette des Pays pauvres très endettés (PPTE) à laquelle le Sénégal a été déclaré éligible en juin 2000 et à l’identification d’un cadre de suivi-évaluation de la mise en œuvre de cette stratégie. L’UPE a aussi réalisé des études importantes sur la dette extérieure, la bancarisation et la convergence en productivité de l’économie sénégalaise.

A travers ses activités, l’UPE a ainsi contribué au rétablissement des relations de confiance entre la communauté des bailleurs de fonds et le Gouvernement du Sénégal, et à impliquer davantage le secteur privé dans la formulation et la mise en œuvre des politiques.

 

Le CEPOD : un développement de l’UPE

L’idée de créer l’UPE a pris forme à une période où le Sénégal traversait une crise de confiance dans ses relations avec les partenaires au développement. Les questions de réformes institutionnelles étaient importantes certes, mais la crise des finances publiques et le ralentissement de la croissance économique principalement retenaient l’attention des décideurs. Aussi, les initiatives de réforme et de modernisation de l’administration n’avaient-elles pas eu tous les effets escomptés.

Une fois la confiance retrouvée, la dévaluation opérée en 1994 a permis le retour de la croissance économique et la réalisation de la viabilité financière à partir de 1997. Désormais, au secteur privé est dévolu le rôle moteur de créateur de richesses, aux représentants des populations de veiller à une meilleure répartition des fruits de la croissance et à l’Etat d’œuvrer à la mise en place des conditions d’un développement humain durable.

C’est la nécessité de renforcer ce partage des rôles entre l’Etat, le secteur privé et la société civile en jouant un rôle de catalyseur en vue de l’approfondissement de la réforme administrative, en contribuant à l’amélioration de l’environnement juridique, à la promotion d’une gestion de proximité des problèmes des populations, en suscitant et accompagnant la mise en place de politiques de développement centrées sur le secteur privé, aptes à participer à la réduction de la pauvreté et basées sur la concertation la plus large possible, en participant au renforcement des capacités individuelles et institutionnelles de l’administration publique, du secteur privé et de la société civile qui est à la base de la mise en place du CEPOD.

Le CEPOD a été installé officiellement le 09 octobre 2003 par Monsieur Abdoulaye DIOP, Ministre de l’Economie et des Finances, en présence de Monsieur Soumana SAKHO, Secrétaire exécutif de la l’ACBF et de son directeur Monsieur Aliou FAYE.

Actualités Récentes

Le Centre d’études de politiques pour le développement (CEPOD) du Ministère de l’Economie, des Fi

L’objectif global de l’atelier est d’aider à produire une réflexion qui situe la problématique d

L’atelier vise à permettre aux participants d’acquérir une meilleure compréhension du pole -terri

Le Centre d'Etudes de Politiques pour le Développement organise  le mercredi 3

© 2015 Centre d’Etudes de Politiques pour le Développement (CEPOD)

RéRéalisé par l' ADIE